Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Alternative Radio

Demon Fuzz - afreaka! (1970)

22 Mars 2016 , Rédigé par alternativeradio.over-blog.com Publié dans #Funk

                               

Quand on tombe sur le vinyle de Demon Fuzz, on est tout de suite interpellé par la pochette où l'on peut voir une sorte de catcheur cagoulé et torse nue, comme on en voit dans la Lucha Libre. Par contre, musicalement, ce n'est pas la musique mexicaine qui est à l'honneur mais plutôt un condensé quasi parfait de la musique afro du début des 70's. Comme un mix endiablé entre les Funkadelic, Sly & The Family Stone, The Meters et Jimi Hendrix. On ne sait pas grand chose de ce septet anglais, dont ce "afreaka" est l'unique album, sinon qu'il se sépara après 18 mois à écumer les clubs undergrounds du pays.

Malgré cette courte durée d'existence, le groupe a laissé des traces indéniables et nombreux seront les groupes en Angleterre (The New Tonics, Osibissa, Cymande, Assagai...) à suivre la voie et à fusionner ainsi rock psychédélique, funk, jazz et rythmes afro. Demon Fuzz est donc le précurseur de la vague afro-rock qui sévit au Royaume Uni au début des 70's. Mais, de toutes les formations issues de cette scène, c'est Demon Fuzz qui sonne le plus rock.

L'album est composé de cinq plages oscillant entre 5 et 10 minutes. Leur musique incorpore certains éléments du rock progressif en proposant plusieurs mouvements au sein d'un même morceau. Malgré cela, on ne ressent aucune lourdeur à l'écoute. Au contraire, tout est fluide; un groove tranquille et contagieux s'immisce ainsi sans difficulté dans nos oreilles qui en redemandent. "Past, present & future" ouvre le bal avec une longue intro instrumentale où une guitare rock nous emmène petit à petit vers un funk groovy à souhait, où l'orgue et les cuivres prennent le dessus. Le funky soul "Desillusionned man" est d'une facture plus classique, et nous permet de découvrir le timbre chaleureux du chanteur Smoky Adams. Tout s'enchaîne ainsi sans temps mort jusqu'à "Mercy (variation n°1)" qui clot le disque dans une marche tribale et funky qui nous pousse irrémédiablement à remettre l'autre face à la fin de celle ci. En somme, ce "afreaka" de Demon Fuzz est un classique trop méconnu qui mérite d'être ressorti de l'ombre !

Partager cet article

Commenter cet article