Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Alternative Radio

Fela Kuti - coffin for head of state (1981)

17 Mars 2016 , Rédigé par alternativeradio.over-blog.com Publié dans #World

                         

Difficile de piocher dans l'immense discographie de Fela Kuti. Une quarantaine d'albums et très peu de déchets. Mais pour beaucoup, le créateur de l'afro beat a sorti ses meilleurs disques durant les années 70, lorsque Afrika 70 (mené par Tony Allen) l'accompagnait. Et il est vrai que cette période à vu naître un bon nombres de chefs d'oeuvres : "zombie", "expensive shit", "kalakuta show", "I.T.T.", "water no get enemy"... (on na va pas tous les énumérer tant ils sont nombreux...). Et iI est aussi vrai que les enregistrements avec les Egypt 80 durant la décennie suivante sont tout de même un niveau en dessous, même si l'on y trouve tout de même quelques perles comme "original sufferhead" par exemple.

Mais revenons aux Afrika 70 et à l'un des derniers albums enregistrés par Fela avec cette formation : "coffin for head of state". Le "Black President" nous avait habitué jusqu'alors à une musique de combat. Même si l'on y retrouve tout de même ses thèmes fétiches, cet enregistrement est d'une nature différente : triste et mélancolique. Et pour cause, il rend hommage à sa mère décédée en 1978 (défenestrée par les militaires lors dune attaque à Kalakuta, quartier où Fela avait fondé une république résistant au gouvernement nigérien et où il avait instauré ses propres lois).

"Coffin for head of state", dont la pochette représente le cortège mené par Fela pour déposer le cercueil de sa mère devant le siège du gouvernement, est une longue prière d'une vingtaine de minutes divisée en deux parties. La face A, exclusivement instrumentale, est basée sur un rythme afro beat distillé avec plus de retenue que d'habitude, la mélodie s'immiscent petit à petit dans nos esprits.

La face B, basée sur l'instrumental de la face A, est agrémentée de la prose de Fela. Il commence par une prière pour sa mère, enrichie d'une touche gospel chantée par ses femmes ("amen, amen amen"). Il revient ensuite à ses thèmes habituels en s'attaquant au gouvernement et à la corruption.

Au final, Fela nous pouvait pas rendre plus bel hommage à sa mère et nous gratifie d'un de ses plus beaux morceaux. "Coffin for head of state", morceau le plus émouvant de son répertoire, fait donc partie des nombreux enregistrements indispensables de Fela Kuti.

Partager cet article

Commenter cet article